Rechercher

Et si le #SéNouMenm était pour une fois la solution ?

“Une réponse de nos industries caribéennes au Coronavirus”


Le #Tourisme caribéen a reçu un visiteur indésirable le #Coronavirus.

Entraînant une pause indéfinie dans l'activité hôtelière, celle des bars, des restaurants, mais aussi loisirs et l'événementiel (Concerts, expositions...).

Au-delà d’une paralysie de ces secteurs, au niveau national et international, les déplacements restent majoritairement à l'arrêt, y compris les flux interrégionaux et interdépartementaux.


Il faut impérativement repenser nos systèmes économiques. Au même titre que les circuits courts ont été activés, il faut se réapproprier entre autre le tourisme autrement et revoir nos cibles. Et pour cela inutile de chercher bien loin. Penser local, agir local, et surtout proposer local aux locaux !


Il y a quelques années de cela le Comité Martiniquais du Tourisme lançait le salon Partez en Vacances en Martinique. C'est tout à fait l'esprit dans lequel nous devons nous inscrire. La clientèle locale doit être la cible prioritaire et s’avère être la cible parfaite. Et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord la clientèle locale est déjà sur place, de ce fait, pas de déplacement mobilisant les transports aérien ou maritime actuellement à l’arrêt. Une offre en local doit par définition répondre en première ligne à des besoins locaux. Cette acception est pourtant devenue difficile à concevoir, car nos industries du fait d’être insulaires se sont davantage habituées à séduire une clientèle extérieure.


D’autre part, qui dit déconfinement progressif dit reprise graduelle des activités et impatience des consommateurs, accompagnée d’une grande soif de loisir, d’activité en tout genre. Leur réflexe sera de se rabattre sur des offres de proximité. Après une reprise d’activité progressive de chacun de nos secteurs, ces derniers seront ces solutions de proximité. En ce sens il est judicieux de mettre en place des offres et tarifs préférentiels.


Autre avantage : la notoriété qui n’est plus à refaire mais à rafraîchir. Une campagne en local n’est pas à négliger, afin de rappeler aux locaux les options qui s’offrent à eux, qu’ils auraient négliger ou tout simplement ne connaîtrait pas.

La clientèle touristique de l’un est la clientèle locale de l’autre. Alimentons nos flux de déplacements et nos flux économiques en interne au lieu d’attendre désespérément ceux venus d’ailleurs.


La #Martinique et les îles de #Guadeloupe ont pour fil conducteur de leur promotion : « Créer une histoire avec les locaux » et ce message s’adresse aux cibles étrangères. Aujourd’hui, l’histoire, ont doit se l’approprier, la connaître avant de la narrer. Eduquer nos jeunes générations à apprécier et avant tout connaître un minimum son propre potentiel.

« Proposer local aux locaux », c’est aussi éduquer et conscientiser nos compatriotes à consommer « péyi » et reconnaître la richesse de nos sols, nos industries dans toute leur diversité, nos talents.

« Être consommateur local », c’est supporter son économie, affirmer son identité, et quelque part être moins envieux en reconnaissant notre potentiel.


Enfin, la quête du million de touristes n’est plus à la mode ! L’heure est à la résilience, à l’innovation, au sur-mesure et à l’efficacité. Nos îles ont adopté depuis quelques années cette fâcheuse tendance à la compétition inter-régions, frôlant le ridicule, et perdant ainsi de vue que la clientèle locale, habituée des voyages, est la première à conquérir, car c’est elle la véritable ambassadrice et garante de la promotion organique de nos offres et destinations. De plus, « cordonnier mal chaussé », nous, consommateurs locaux, le plus souvent, ne connaissons pas 50% de nos territoires et de leurs offres.


Devinez ? Une fois satisfaits qui seront les premiers porte-paroles, ambassadeur de nos enseignes ?

#SéNouMenm #Covid19 #Local #LMCMContact #LMCM


Crédit Photo : © Lara MAURIOL - La Toubana Hotel & Spa Guadeloupe

0 vue0 commentaire